Les moteurs de recherche écolos

Les moteurs de recherche écolos

Les moteurs de recherche écolos
Ecosia, Lilo et Ecogine

Un moteur de recherche est une application web qui permet de trouver les informations que l’on veut sur internet. L’utilisation du web et d’un moteur de recherche n’est jamais vraiment éco-friendly. Cependant, depuis quelques années, on trouve plusieurs initiatives permettant de réduire l’impact de nos recherches. Ce sont les moteurs de recherche écologiques et solidaires.

Comment ça marche ?

Il n’y a pas vraiment de miracles. Pour financer les projets écologiques ou solidaires, il faut de l’argent. Les moteurs de recherche sont généralement financés “au clic” par des annonceurs (écolos ou non). Même si vous avez un bloqueur de pub vous pouvez quand même les utiliser. C’est moins efficace mais ça grossit les rangs des utilisateurs et donc, la notoriété de l’application.

Quels sont les principaux moteurs écolos ?

Ecosia : Ecosia (2009) est un moteur de recherche allemand qui plante des arbres. Il utilise les ressources de Bing. Il revendique 3 millions d’utilisateurs mensuels. Il ne trace pas vos recherches et ne conserve pas vos données. Une recherche permet de gagner en moyenne 0,5 centimes d’euro. 80% des fonds collectés sont investis dans des projets de reboisement (Burkina Faso, Madagascar, Pérou, Indonésie…) et une somme d’argent sert à compenser les émissions de carbone du moteur de recherche, grâce à un programme nommé My Climate.

Lilo : Lilo (2014) est un métamoteur de recherche français qui crée ses propres résultats à partir des réponses de Google, Yahoo ou encore Bing. Cette fois-ci le compteur est composé de gouttes d’eau. Comme pour Ecosia, les données ne sont pas conservées. 50% des revenus sont investis dans des projets écologiques (vous choisissez vous même les projets que vous voulez soutenir avec vos gouttes), 30 % pour soutenir le fonctionnement et 20 % dans la communication. Une personne qui utilise Lilo durant 1 an, génère environ 15€.

Ecogine : Ecogine (contraction de "Ecological search Engine") (2008) est un projet français (étudiants de Polytech'Nantes) qui reverse ses revenus à des associations environnementales choisies par le vote des internautes. C’est le plus petit des trois moteurs écologiques présentés (un seul projet est financé par an). Il utilise notamment les résultats de Google. En 2020, une partie de la gestion du site a été confiée à l'Association « Pour les Enfants du Pays de Beleyme » (association d’éducation à l’environnement est installée en Dordogne). Comme pour les deux autres moteurs précédemment cités, une partie des recettes est redistribuée à un organisme de compensation. Note intéressante : leur hébergeur (Infomaniak) remplit de strictes conditions de respect des règles vertueuses écologiques (énergies renouvelables, datacenters non climatisés…).

En conclusion

La qualité de recherche de ces moteurs n’est parfois pas aussi bonne que Google pour des besoins spécifiques. Mais pour la plupart des recherches usuelles c’est largement suffisant. Des extensions (plugins) sont disponibles pour vos navigateurs internet et permettront de mettre ces moteurs de recherche en première page. Ce n’est vraiment pas compliqué alors n’hésitez plus à compenser un peu vos émissions invisibles. 

Sources : Cet article se base sur l’ensemble des sites énoncés et l’article d’Hannibal Frugal.

Écrit par Maxou (11/02/2020)
Nombre de vues : 53

Articles de la même catégorie

Articles du même thème

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies et autres traceurs pour réaliser des statistiques de visites et permettre de partager du contenu.