Claude Monet

Claude Monet

Claude Monet
Une sacrée impression

Claude Monet (1840-1926), est un peintre français et l’un des fondateurs du mouvement impressionnisme.

Bûcheur acharné, Monet est l’un des premiers peintres à s’attarder plusieurs fois sur le même motif pour retranscrire au mieux ses impressions (pluie, atmosphère, mouvement des nuages...) et la fugacité de l’instant. Peu importe ce qu'il peint, c'est la manière dont il le représente qui lui importe.

Cette ardeur à saisir l’instant lui vaut d’abord d’être rejeté de nombreuses fois par les contemporains (et le Salon) qui n’ont d’yeux que pour des représentations classiques avec idéalisation des formes. Bien que parfois acceptées (par exemple pour La Femme en robe verte réalisée en 4 jours), les toiles de Monet sont la plupart du temps trop expéditives et sentimentales avec un goût d’inachevé pour les goûts de l’époque (peindre le milieu d’un arbre, quel intérêt ? Il faudrait acheter plusieurs toiles pour pouvoir y observer quelque chose...).

Monet n’est d’ailleurs pas le seul à être refoulé par les critiques. C’est également le cas d’autres peintres comme Frédéric Bazille ou Paul Cézanne. Ce rejet du mouvement invite, en 1873, Monet et plusieurs autres peintres (Auguste Renoir, Alfred Sisley, Camille Pissarro, Edgar Degas…) à créer une association : La Société anonyme coopérative des artistes peintres, sculpteurs et graveurs. Même si le succès n’est pas immédiat et que l’organisation fait rapidement faillite, c’est à leur première exposition que naît le mot : impressionnisme. C’est aussi à cette occasion que Monet présente Impression, soleil levant, peut être la représentation la plus connue du port du Havre.

La Normandie, comme la Seine, sont très importantes pour Monet. Ce sont ces paysages qui lui permettent d’apprendre à aimer la nature, en tout instant, à chaque saison (changement de lumières, de couleurs, apparition du brouillard…) et avec beaucoup de peinture. Les toiles de Monet ne sont pas lisses, bien au contraire, le coup de pinceau est très visible. Elle sont rarement réalisées en un seul essai. Pour lui, il faut pouvoir s’imprégner longtemps du pays et/ou du paysage afin de le peindre avec le plus de véracité possible. 

C’est aussi dans cet esprit de contemplation de la nature que la peinture de Monet est influencée par l'art japonais. Le peintre est un admirateur des estampes réalisées par des maîtres comme Hiroshige ou Hokusai qui mettent en exergue la magie de l’instant. A partir de 1890, Monet reprend “les séries” avec les Meules (genre connu de son maître Eugène Boudin déjà initié plus tôt avec la Gare Saint-Lazare). Débute alors une période de sérénité financière et d’épanouissement pour le peintre lors de son installation au Clos Normand de Giverny (lieu visitable de nos jours).

Sans mauvais jeu de mot avec la Gare Saint-Lazare, Monet a un train de vie fluctuant. De nombreux hauts et bas rythment sa vie (mort de sa femme Camille, mort de Bazille, rejet des tableaux, difficultés financières, tentative de suicide...). Le peintre reste cependant fidèle à son art, qui, à la fin de sa vie, prend tout son sens. Monet nous rappelle ainsi qu’il est important de suivre ses intuitions et qu’il n’est pas devenu impressionniste... il l’est depuis sa naissance.

Sources : Wikipédia et Arte

Écrit par Maxou (17/04/2020)
Nombre de vues : 37

Articles de la même catégorie

Articles du même thème

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies et autres traceurs pour réaliser des statistiques de visites et permettre de partager du contenu.