Ouverture, obturation et ISO

Ouverture, obturation et ISO

Ouverture, obturation et ISO
Le combo lumineux

Comme promis dans l’article de la règle des tiers, nous allons parler technique photo et plus précisément de 3 éléments indispensables à connaître quand on débute qui influent pas mal sur le rendu. Les 2 premiers éléments (ouverture et vitesse d’obturation) concernent l’objectif (ce que vous accrochez au bout de votre capteur lorsque vous avez un appareil reflex ou hybride) et le dernier (la sensibilité ISO) concerne le capteur en lui même. Sachez que si vous mettez votre appareil en prise de vue full-automatique, il gère l’ensemble de ces facteurs seul mais ça ne donne pas toujours le rendu que l’on voudrait et c’est pour ça qu’il est important de connaître ces notions. 

Avant de rentrer dans chaque terme technique (qui ne sont pas si difficiles à comprendre, vous allez le voir très vite) on peut d’hors et déjà dire que tout est une question de lumière. En effet la lumière est peut être l’élément le plus important pour vos photos. Pour résumer simplement, plus vous pourrez faire rentrer de lumière dans votre appareil et plus la photo sera nette (jusqu’à un certain degré, attention à la saturation (sur-exposition)). Donc que ce soit pour l’ouverture, la vitesse d’obturation ou l’ISO, la lumière y joue un rôle primordial. Rentrons maintenant dans le détail.

Ouverture : c’est la quantité de lumière que votre appareil (plus précisément le diaphragme) laisse entrer directement dans l’objectif. En anglais, c’est le f-number. Il est effectivement noté f/… et est indiqué lors de l’achat d’un objectif. Une grande ouverture (f/1) fait rentrer beaucoup de lumière et une faible ouverture (f/22) beaucoup moins. Vous l’aurez compris, plus le chiffre est bas dans l’ouverture et plus l’ouverture est grande (c’est contre intuitif mais bon pensez juste un petit f comme une fine lumière brillante au bout du tunnel, peut être que ça vous aidera ?).

Vous pouvez tester l'ouverture en mode manuel ou en mode A (priorité à l’ouverture).

Vitesse d’obturation : c’est le temps que vous laissez à votre objectif (plus précisément l’obturateur de l’appareil) pour capter la lumière, tout simplement. 

Plus le temps est long (la vitesse est lente, exemple 1/8 secondes) et plus votre objectif aura le temps de capter de la lumière. Une vitesse d’obturation lente vous permet de faire rentrer beaucoup de lumière mais vous devez cependant rester immobile (mieux vaut utiliser un trépied) si vous ne voulez pas de flou car l’appareil prend une image sur un temps plus long. Cela permet par exemple de réaliser des flous avec visualisation des mouvements sur la photo (vous devez probablement déjà avoir aperçu ces photos de voitures avec les phares qui font des lignes dans la nuit, c’est une obturation lente).

Une vitesse rapide (1/250 secondes) quant à elle, permettra de figer le mouvement d’un oiseau en vol ou de votre chien en pleine course (c’est une photo instantanée qui arrête le temps).

Vous pouvez tester la vitesse d’obturation en mode manuel ou en mode S (priorité à la vitesse d’obturation).

Sensibilité (ISO) : bon déjà avec l’ouverture et la vitesse d’obturation vous devriez être capable de faire bien rentrer la lumière dans votre objectif.

Alors à quoi sert l’ISO ? L’ISO c’est la sensibilité de votre capteur à la lumière. Elle est liée à la luminosité du lieu dans lequel vous êtes (elle est susceptible de varier constamment donc). Vous n’avez pas besoin d’un grand chiffre ISO en plein jour car la lumière est déjà très présente, donc votre capteur n’a pas besoin d’être si sensible et de chercher la lumière particulièrement. En effet, plus le chiffre ISO est élevé (6000) et plus le capteur est sensible à la lumière. A contrario plus le chiffre ISO est bas (100) et moins le capteur est sensible.

Cependant l’ISO rencontre un problème de taille : le bruit. Un ISO élevé aura tendance à mettre plus de bruit (du grain) dans votre image. Il faut donc souvent éviter que l’ISO soit trop important, donc que votre scène soit trop sombre, sinon la qualité de votre image en pâtira. Les très bons capteurs ont moins de bruit pour une ISO importante, c’est aussi ce qui fait leur prix.

Comme pour les autres facteurs, l’ISO peut être mise en automatique (votre capteur décide tout seul en fonction de son ressenti) ou en manuelle.

L’ISO est directement liée aux deux autres facteurs présentés. Pour pouvoir baisser votre ISO (baisser la sensibilité et laisser entrer moins de lumière), il faut donc soit augmenter la lumière de votre environnement avec des lumières naturelles ou artificielles, soit augmenter l’ouverture, soit diminuer la vitesse d’obturation, soit faire un mix de tout ça jusqu’à ce que votre image soit à votre goût. Inversement si vous augmentez l’ISO pour mieux capter les couleurs du paysages, vous pourrez ainsi augmenter la vitesse d’obturation et potentiellement diminuer l’ouverture car la sensibilité fera le taff.

Les 3 éléments doivent donc être pris en compte simultanément. Le défaut de l’un peut être comblé par un autre et vice-versa (exemple : une vitesse d’obturation rapide capte peu de lumière et doit donc avec une ouverture importante qui laisse entrer beaucoup de lumière directement dans l’objectif). N’hésitez pas à jouer avec votre capteur et vos objectifs pour bien comprendre l’importance de chaque facteur.

Écrit par Maxou (06/05/2020)
Nombre de vues : 26

Articles de la même catégorie

Articles du même thème

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies et autres traceurs pour réaliser des statistiques de visites et permettre de partager du contenu.